Et si ma gêne lombaire était la conséquence d’une bascule du bassin ?

 

Cela fait déjà un certain temps que vous souffrez du bas du dos ?

La douleur est plutôt en un point à gauche ou à droite dans le bas du dos ?

Vous avez passé des radios, mais elles sont normales ?

Il est possible que vous souffriez d’une bascule de l’articulation sacro-iliaque (bassin)!

 

L’articulation sacro-iliaque est une articulation double, que l’on retrouve de part et d’autre du sacrum qui s’articule avec les ailes iliaques, l’ensemble formant le bassin. C’est une articulation très résistante, qui selon la littérature ne bouge que de quelques millimètres.

 

Les aléas de la vie font qu’à cause des différents stress qui peuvent être physiques (macro ou micro-traumatismes), chimiques/alimentaires ou encore émotionnels, l’articulation sacro-iliaque se déplace anormalement et ainsi entrainer une torsion du bassin.

 

La bascule du bassin est d’ailleurs visible à la radio, même s’il n’est pas indispensable d’en réaliser pour s’en rendre compte.

La conséquence de ce dysfonctionnement sacro-iliaque se traduit par une jambe plus courte physiologiquement.

Il est important de comprendre qu’une fois la bascule du bassin corrigée la jambe courte disparait, les deux jambes s’égalisent. Il serait contre-productif de placer une talonnette [dans la chaussure] afin de compenser la jambe courte. La talonnette ne ferait que verrouiller le bassin dans sa bascule.

Les réelles jambes courtes anatomiques nécessitant une talonnette sont extrêmement rares.

 

La torsion pelvienne à terme peut entrainer un porte-à-faux ayant des répercutions lombaires jusqu’à parfois provoquer une hernie discale. Ceci dû à un centre de gravité altéré, entrainant une répartition contraignante des charges supportées par le disque.

 

Dans un premier temps, la bascule du bassin restera silencieuse. Le corps humain doté d'une étonnante faculté d'adaptation sera capable de compenser. Ce qui n'est pas sans conséquence sur l'équilibre global de la colonne vertébrale

Cependant plus le temps passe et plus la bascule se verrouille. Les chaines musculaires perdent leur flexibilité et parviennent à un degré de tension et de contracture empêchant le fonctionnement normal de l'articulation.

C’est alors que le signal d’alarme apparait : la douleur !

 

Cette douleur au début sera modérée, passagère, aggravée par certains mouvements, mais largement supportable.

Si rien n’est corrigé, elle aura tendance, soit à sournoisement s’installer, et s’accentuer jusqu’à un pic : le lumbago, soit au contraire le lumbago survient brutalement alors que nous exécutons un geste la plupart du temps anodin, comme enfiler sa chaussette ou ramasser un objet léger à terre.

 

Le lumbago si handicapant n’est pourtant pas  négatif. C’est la façon dont le corps nous informe qu’il est arrivé à saturation, qu'il ne possède plus l'élasticité nécessaire.

S’offrent alors deux options : soit nous décidons d'ignorer le sens de notre douleur et utilisons des antalgiques et des anti-inflammatoires qui auront pour effet de la masquer sans pour autant résoudre la source du problème, soit nous considérons la douleur comme un message, et décidons d'en traiter la cause.

Consulter les professionnels de santé les plus à même de travailler directement sur la bascule du bassin, tels les chiropracteurs permettra d'éviter les récidives, et de nouvelles souffrances inutiles.

 

La médecine classique impuissante face à ce type de problématique propose des infiltrations d’anti-inflammatoires, qui masquent la douleur mais n'améliorent en rien le déséquilibre à l'origine de la souffrance.

Ou encore des opérations de hernies discales, qui sont très souvent des conséquences d’années de porte-à-faux du bassin. 

Malheureusement, régulièrement, une nouvelle hernie discale survient quelques années après à un autre niveau de la colonne vertébrale.

Chaque suppression d'un disque [par intervention chirurgicale] entraîne une surcharge contraignante sur les disques avoisinants.

 

Avant d’envisager une opération, des infiltrations, ou même d'avaler des molécules chimiques qui auront inévitablement  des effets secondaires, essayer des méthodes plus naturelles et non invasives comme la chiropraxie* semble plus sage et correspondre à un résultat plus durable. 

 

*La chiropratique ou chiropractie/chiropraxie est reconnue en France depuis 2002, elle représente la troisième profession de santé au monde après les médecins et les dentistes.

 

Ndl : synonymes de bassin : pelvis, sacro-iliaque

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Mal de dos - Pourquoi ?

October 3, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square