La correction vertébrale ou ajustement chiropratique

Lors d'une consultation chez un chiropracteur, vous observerez que ce dernier utilise différents instruments. Sachant toutefois que le principal outil reste sa main avec laquelle il délivre des corrections vertébrales [ou articulaires autres], souvent rapides, dont la pression varie selon la localisation.

Nous expliquons dans cet article, de manière compréhensible pour tous, la logique et les mécanismes se cachant derrière les corrections chiropratiques.




L'ajustement chiropratique



Un ajustement chiropratique est une correction vertébrale, [parfois appelée manipulation] réalisée par les mains du praticien ou par l'intermédiaire d'instruments. L'objectif étant de rétablir la mobilité des segments vertébraux visés, afin de libérer les interférences neurologiques associées.


Le chiropracteur agit essentiellement sur la coordination articulaire [ou métabolique] via le système nerveux. Grâce au fonctionnement optimal de ce dernier, le corps sera en mesure de mieux supporter les traumatismes qu'ils soient physiques, chimiques ou émotionnels.


Prenons un exemple, Madame M. 50 ans vit avec des maux de tête depuis des années. Ceux-ci sont reproduits ou augmentés dès qu'un stress supplémentaire est infligé à son système nerveux, tel un repas trop copieux ou gras [stress chimique] , une position prolongée devant l'ordinateur [ stress physique ], une contrariété ou trop d'activités professionnelles [stress émotionnel]. Les maux de tête auparavant gérables deviennent alors violents et insupportables.

En consultant un chiropracteur Madame M. bénéficiera d'un système nerveux fonctionnel, capable de s'adapter aux multiples sollicitations de la vie quotidienne sans être plongé dans un état de saturation.

Et ainsi éviter à Madame M des douleurs inutiles. Son système nerveux passera d'un mode de "survie" à un mode de "vie".





Comment fonctionne l'ajustement chiropratique ?



L'ajustement chiropratique [ou manipulation], comporte trois spécificités essentielles :


  • La précision : il est primordial que la localisation de la correction à effectuer soit exacte. Savoir identifier les structures à l'aide d'une palpation spécifique est fondamental. Le chiropracteur développe au cours de ses études et de ses années de pratique un toucher rigoureux et améliore constamment la sensibilité des capteurs de ses doigts. Un exercice d'entrainement consiste à positionner un cheveu entre deux pages [d'un bottin téléphonique par exemple] et ensuite l'étudiant identifie le positionnement du cheveu en passant la pulpe de ses doigts sur la page. Une fois l'exercice maitrisé, la difficulté suivante est de repérer le cheveu sous deux pages [de bottin].


  • La vitesse : celle-ci ne s'acquiert que par l'entrainement. Tout comme un sportif de haut niveau court des milliers de kilomètres pour être au sommet de sa forme, le chiropracteur se consacre pendant de nombreuses années à reproduire des corrections vertébrales et ainsi accroître progressivement sa vitesse d'exécution. Dans les écoles de chiropratique une table à "capteurs de force" permet aux étudiants de quantifier de manière objective la vitesse d'exécution de leur geste et ainsi évaluer leur progression.


  • Le confort : l'ajustement chiropratique est toujours indolore. Toutefois sa vitesse d'exécution est surprenante et dans certains types d'ajustement un bruit de "craquement" peut accompagner le geste. Ce "craquement" correspond à une décompression gazeuse à l'intérieur de l'articulation et non à un frottement des vertèbres l'une contre l'autre. Le chiropracteur saura vous détendre grâce à une prise en main ferme et douce à la fois, et ainsi rendre les corrections vertébrales confortables, voire agréables et libératrices.


Vous aurez compris que la correction vertébrale est un véritable art.

Un entrainement constant est nécessaire afin de perfectionner le geste au long des années, et également entretenir en permanence les principes de base du geste chiropratique .

A l'instar de l'artiste musicien, travaillant son instrument chaque jour pour s'approprier les postures et mouvements indispensables à l'exécution de sa symphonie, le chiropracteur aura lui aussi l'obligation de cultiver les qualités physiques et mentales propres à l'efficacité de son ajustement vertébral.





Le Vecteur de force


L'ajustement chiropratique délivre un vecteur de force dans une direction spécifique, sur une localisation précise avec toujours une vitesse maximale et une pression variable. Pression parfois minime ou au contraire plus intrusive . Une pression même légère, à priori anodine, si exécutée précisément [ localisation et direction ] aura des conséquences sur l'ensemble de l'organisme, à l'image de la vidéo ci-dessous.





La vitesse : une action directe sur le système nerveux


Outre le vecteur de force [ la direction ] et la précision du contact, la vitesse est le troisième paramètre fondamental pour impacter le système nerveux. Différentes études démontrent un lien direct entre la vitesse d'exécution des corrections vertébrales et l'efficacité des résultats.

La neuro-physiologie nous apprend que la vitesse d'exécution influence directement les mécano-récepteurs présents dans les ligaments et les tendons attachés à l'articulation. Les récepteurs nerveux sollicités lors d'un ajustement à grande vitesse permet un ensemble de réactions neuro-physiologiques modifiant les résistances articulaires, ainsi que les réponses face à la douleur.




Le mouvement de Toggle Recoil


Le chiropracteur dispose de nombreuses techniques dans sa boite à outils, lui permettant de s'adapter à chaque patient et ainsi adopter le traitement optimal.


Le Toggle-Recoil [geste associé à la technique HIO] est un geste particulièrement efficace pour corriger les perturbations articulaires de la région cervicale. Ce geste et cette technique sont utilisés depuis la naissance de la chiropratique en 1895 et n'ont jusqu'à ce jour jamais démérité.


Cette correction consiste à introduire une force extrêmement rapide et précise sur l'une des vertèbres cervicales.

L'objectif est multiple. Dans un premier temps déverrouiller la vertèbre impliquée et créer une oscillation de cette dernière, qui ensuite recouvrera naturellement une position juste, grâce à l'intelligence innée du corps.

Dans un second temps la transmission d'une énergie cinétique diffusera une onde sinusoïdale tout le long du rachis vertébral [voire des membres]. Cette image rappelle une goute de pluie tombant sur la surface d'un lac, et dont l'onde se propage à distance du point d'impact en cercles de plus en plus larges [selon l'intensité de la pluie] .

Nous avons également tous un jour observé ce phénomène [d'ondes concentriques] en lançant un caillou sur une surface liquide. La même réaction se produit lors d'une correction vertébrale utilisant le Toggle-Recoil.


Pourquoi insister sur la vitesse d'exécution? Plus la vitesse est élevée et plus l'énergie cinétique, nécessaire au mouvement [oscillation] de la vertèbre est importante.

Cette énergie cinétique est dépendante de deux facteurs, la masse et la vitesse.

Rappelons-nous la formule physique: Ec = 1/2 M x V2.

Pour maximiser l'énergie transmise par le vecteur de force lors de la correction vertébrale, et ainsi potentialiser l'efficacité de l'ajustement, il est essentiel d'avoir une vitesse élevée car celle-ci sera comptabilisée au carré de sa valeur et augmentera d'autant plus l'énergie cinétique recherchée.

La masse correspondant à la pression appliquée sur le point de contact a tout intérêt à être minime pour deux raisons. Son impact est moindre sur l'énergie cinétique, et une pression légère sur les structures vertébrales ne pourra être que bénéfique pour le confort de l'ajustement chiropratique, ainsi que sur de potentiels dommages infligés aux structures articulaires.


Lors d'un ajustement chiropratique il est fréquent de ressentir une propagation de chaleur autour de la zone corrigée ainsi qu'une vague ondulatoire se diffusant le long de la colonne vertébrale [voire une sensation de courant électrique indolore descendant du cou vers les mains ou les pieds].





Voici un exemple de correction de la première vertèbre cervicale réalisée par Alain Benhamou avec la technique HIO et le geste du Toggle-Recoil .

La colonne cervicale, dorsale et lombaire sont alignées afin de permettre une circulation adéquate de l'information neurologique suite à la correction articulaire de l'Atlas.


Le chiropracteur effectuant une correction en Toggle-Recoil doit s'obliger à une concentration extrême.

Cet ajustement est le plus véloce de tous les gestes chiropratiques . Pour maximiser la vitesse, le focus mental s'accompagne d'une décontraction des épaules et des bras lors du contact sur la vertèbre.

La décontraction est suivie d'une contraction explosive des muscles triceps et pectoraux [du chiropracteur] puis d'une nouvelle décontraction totale permettant une fluidité de la force introduite. Force visualisée comme passant au travers de la structure et non comme un impact direct sur la vertèbre.

Une force traversante rendue possible par le relâchement des muscles [triceps et pectoraux] juste après la contraction explosive.

Le même mécanisme est connu dans la pratique des arts martiaux tels que le karaté. Lorsqu'un coup est porté, l'impulsion du coup ne s'arrête pas à l'épaule ou la nuque mais traverse le corps.

Ces trois phases, décontraction - contraction - décontraction sont indispensables à la réalisation d'un Toggle-Recoil efficace, à l'instar d'un sprinter dans les starting blocks devant être, avant le signal du départ, le plus décontracté possible afin de réussir un départ explosif le propulsant au plus loin.





Lorsque le chiropracteur corrige une vertèbre, il visualise le vecteur de force traversant le rachis cervical au point de contact. Il est dans le ressenti de la réceptivité du patient. Il doit choisir le moment le plus propice, combinant la détente du patient avec sa propre concentration [et décontraction] pour déclencher le mouvement.


Outre les ajustements employant le Toggle-Recoil, il existe des corrections vertébrales plus "structurelles" où le praticien amènera l'articulation dans une amplitude presque maximale avant de délivrer une force toujours très rapide. Ce type de manipulation est souvent accompagnée d'un audible ressemblant à un "craquement".

Cet audible est généré par une décompression gazeuse articulaire, à l'instar d'une bouteille d'eau pétillante qui fait pschitt à l'ouverture .

En plus de l'action sur le système nerveux, ce type d'ajustement affecte en profondeur la mécanique de l'articulation, lui restaurant instantanément une amplitude appropriée.






Le chiropracteur utilise également des outils pouvant remplacer l'action de la main.

"L'Activator" ressemble à un petit "pistolet" qui délivre des impulsions précises et rapides sur des structures où la main du praticien est moins confortable [la mâchoire par exemple].






"L'Activator" permet également de déclencher une oscillation [ou vibration] de l'articulation, qui alors se dévérouille de sa position de restriction.










Si vous avez d'autres questions sur les corrections vertébrales chiropratiques ou si vous souhaitez savoir si la chiropraxie peut vous aider n'hésitez pas à nous contacter.



Posts à l'affiche
Posts Récents