Croiser les jambes: quelle influence dans les douleurs de dos?

December 19, 2019

Croiser les jambes en position assise est banal pour beaucoup d'entre nous. 

Cette habitude impacte-t-elle notre anatomie générale?

Comment notre charpente vertébrale réagit-t-elle et s'adapte lorsque nous croisons les jambes ? Cette position asymétrique a-t-elle tendance à initier des perturbations d'équilibre vertébral?

Réponses dans cet article ! 

 

 

 

 

Chacun a sa manière de croiser les jambes, et certaines positions sont plus ou moins traumatisantes pour notre équilibre. 

 

Toute position préjudiciable, si répétitive installera un déséquilibre de l'ensemble de nos articulationsmuscles, tendons et ligaments

Nous adoptons ces postures, souvent sans en être conscient. La position peut même nous sembler confortable. Néanmoins il n'est pas judicieux de continuer.

Ci-dessous des images illustrant le croisement de jambes du plus au moins traumatique

 

 

 

Pourquoi suis-je confortable les jambes croisées ?

 

Outre les raisons culturelles ou naturelles qui nous amènent à croiser les jambes, il existe également des facteurs physiques et physiologiques.  

En effet, croiser les jambes soulagera parfois les douleurs. Un mécanisme défensif que notre corps met en place afin de contre-balancer et atténuer le déséquilibre existant.

Le corps adoptera alors cette posture naturellement afin de soulager une tension souvent neurologique ou méningée, parfois simplement articulaire

Dans ce cas de figure, le croisement des jambes n'est pas la cause des douleurs, mais plutôt une conséquence posturale, adoptée par notre corps afin de lutter contre un porte à faux existant.

C'est un mécanisme d'adaptation.

Il devient alors plus confortable de croiser les jambes en position assise toujours de la même manière. Notant que croiser les jambes dans le sens inverse provoque ou aggrave une gêne ou une douleur

 

 

 

 

Comment notre corps réagit-il lorsque nous croisons les jambes en position assise? 

 

 

Comme l'indique la photo ci-dessus, plusieurs schémas sont déclenchés lors de cette position assise. La jambe croisée avec la malléole externe en appui sur le genou opposé est la position induisant le plus de contraintes sur l'articulation coxo-fémorale [la hanche] et

les articulations sacro-iliaques [le bassin].

 

Le fémur droit est figé en rotation externe, étirant ainsi les muscles adducteurs, le psoas et les muscles fessiers. Cette position sollicite l'articulation sacro-iliaque droite [le bassin] provoquant des contraintes sur les ligaments.

L'articulation fémoro-tibiale est en rotation externe, distendant les muscles autour du

genou [la patte d'oie]. 

La jambe en flexion impose des contraintes sur le muscle quadriceps, plaquant la rotule contre le fémur. 

 

Rester quotidiennement plusieurs heures dans cette position induira un déséquilibre conséquent du membre inférieur droit, tant sur le plan musculaire qu'articulaire. 

La jambe droite se verrouillera en rotation externe. 

 

 

Comment savoir si je croise trop les jambes ?

 

Il existe un test très simple à réaliser : allongez-vous sur le dos, les bras le long du corps.

Détendez-vous au maximum. Levez ensuite légèrement la tête afin d'observer vos pieds.

Si vos pieds sont dans l'axe de votre tibia et qu'ils pointent tout les deux vers le plafond de manière symétrique, pas d'anomalie à signaler.

Si en revanche un pied tombe vers le sol en rotation externe, un déséquilibre [induit par la position jambes croisées] est ancré en profondeur dans les articulations, muscles et ligaments

 

 

 

Le croisement de jambes déclenche quels types de douleur ?

 

Comme indiqué ci-dessus, plusieurs articulations et muscles sont sollicités lors de la position assise jambes croisées, des douleurs ou inconforts surviennent dans différentes régions : 

 

- Région lombaire [bas du dos] : le bassin est imbriqué et en torsion, ou plus communément appelé en bascule. Voir article sur la bascule du bassin.

La dynamique pelvienne est alors déséquilibrée lors de la marche ou de la course, provoquant des douleurs lombaires diffuses ou localisées précisément à gauche ou à droite du bas du dos, au niveau des articulations sacro-iliaques.

 

- Région du pli de l'aine ou fessière [coxalgie ou fessalgie]:  L'articulation coxo-fémorale en rotation externe permanente engendre des contraintes articulaires asymétriques favorisant l'apparition d'arthrose. Les mouvements de la hanche peuvent devenir douloureux et pénibles lors de la marche, de la montée ou descente d'escaliers.

 

- Région du genou [gonalgie] : sur la partie interne ou antérieure.

L'articulation fémoro-tibiale en rotation externe occasionne de notables contraintes musculaires

[de la région interne du genou], et  articulaires [sur la partie externe], notamment sur le ménisque.

La rotule [ou patella] exagérément  plaquée contre le fémur, provoquera un syndrome fémoro-patellaire accompagné de douleurs lors de la montée ou descente d'escaliers mais également lors de la position assise prolongée [jambes fléchies à 90°].

 

Souvent des compensations s'installent et se multiplient, et de nouvelles douleurs se manifestent dans le pied, voire dans le rachis dorsal et cervical

 

 

Quelles solutions pour mes douleurs ? 

 

Dans le cas où cette posture jambes croisées est responsable de nos déséquilibres articulaires, il est fortement recommandé de stopper cette habitude nuisible.

Attention patience, entre trois semaines et six mois d'efforts conscients seront nécessaires afin de changer sa routine. 

 

Si croiser les jambes n'est que l'adaptation du corps pour aller mieux, et soulager ses tensions et ses douleurs. Trouver alors l'origine du porte à faux et corriger ce déséquilibre est la décision judicieuse.

 

Si les douleurs sont installées depuis longtemps, ou que le corps est figé dans son déséquilibre une aide extérieure sera alors indispensable afin de corriger les fixations articulaires et harmoniser l'architecture vertébrale.

Le chiropracteur ou chiropraticien est le thérapeute préconisé pour identifier les déséquilibres articulaires, neurologiques, musculaires ou posturaux.

Spécialiste des troubles neuro-musculo-squelettiques, le chiropracteur saura corriger les dysfonctionnements articulaires afin de soulager durablement les douleurs. 

 

Excellentes fêtes de fin d'année.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Pourquoi consulter un chiropracteur ?

May 20, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

Likez notre page facebook pour être tenu informé des derniers articles parus

  • Facebook - Grey Circle

​© 2016 Cabinet Chiropratique Paris Ouest